lundi 30 octobre 2017

Rogue Stars. Skirmish Wargaming in a Science Fiction Underworld.

En décembre dernier, Osprey Games publiait un nouveau jeu de figurines dans sa collection Wargames. A quoi a-t-on à faire?



"Voulez-vous en savoir plus?"

Comme le sous-titre l'indique, Rogue Stars est un wargame de science-fiction. Il s'agit plus précisément d'un jeu d'escarmouche, on aura donc pas particulièrement besoin d'un gros nombre de figurines. Le jeu indique entre quatre et six figurines par joueurs (qui, a priori seront au nombre de deux...) et une surface de trois pieds par trois pieds (90cm par 90cm). Apparemment, rien n'interdit une surface plus grande, mais après quelques parties, nous nous sommes rendus compte que cette taille est bien suffisante... 
L'échelle utilisée est double: 28mm ou 15mm, au choix. Le système de conversion est simple : vous utilisez les données (portées, mouvements, etc.) proposées en pouces si vous jouez en 28mm. Si vous préférez le 15mm, vous utilisez les mêmes données, mais les mesures se font désormais en centimètres. Choix malin qui permet d'utiliser la gamme de figurines que vous avez déjà. Personnellement, je préfère le 28mm, mais de nombreux fabricants proposent de belles gammes SF en 15mm, et le gain de place est énorme.

Une table de Rogue Stars en 15mm par mon ami Dimitri



 A noter que NorthStar Military Figures propose une petite gamme de figurines 28mm ma foi fort sympathique. Le style est plutôt English Old School -- on pense aux références de chez Copplestone ou Artizan. Je cite ces marques à dessin, car les photos du livret utilisent les dites figurines... C'est du vrai 28mm comme on en trouve beaucoup au Royaume de Sa Majesté Elizabeth II -- on aime ou pas (personnellement, je suis très fan, ça me rappelle mes années Biactol/Ral Partha...), mais ça n'est absolument pas un problème, puisque Rogue Stars vous propose en fait un système et pas un environnement de jeu complet. On devine que l'auteur a prévu un background, mais il ne publie rien à ce propos.

L'équipage du Blue Mantis, de sales pirates! (North Star Military Figures)

Une escouade de la Golden Eagle Security Enforcement Corporation (NSMF)

"Multipass?"

Du coup, cette position vous permet de jouer dans l'univers dont vous avez envie... Vous êtes fan de la super série mort-née "Firefly"? Hop! On joue l'équipage du Serenity! Vous adorez les sabres lasers et les seigneurs Siths? Devenez un Jedi! Vous voulez refaire les combats du lieutenant Mandella? Allons affronter les Taurans! Vous préférez peut-être rencontrer les Gardiens de la Galaxie sur Knowhere? Vous savez ce qui vous reste à faire...
Le livret de 64 pages -- la norme, chez Osprey Wargames... La maquette (minimaliste) est identique à In Her Majesty's Name, A Fistfull of Kung-fu ou The Men Who Would Be Kings, entre autres -- vous propose tout l'équipement, du couteau au sabre laser en passant par les griffes ou la vibro-lame, du shuriken au blaster lourd en passant par le fusil laser ou le pistolet à aiguilles...





On vous propose également une ribambelle de talents, de décors, de pouvoirs psy, d'implants cybernétiques ou d'accessoires divers pour vous permettre de simuler vos personnages et vos environnements préférés. Je pense sincèrement que vous pouvez même vous lancez sur à peu près n'importe quel type de science fiction qui a votre préférence. Pour rester dans le name-dropping, je ne vois aucun problème pour adapter Blade Runner, Mad Max, Predator ou Terminator...  Pour aller jusqu'au bout, si vous n'avez pas la patience d'attendre la résurrection de Necromunda chez GW (ou que vous choisissiez de na pas engraisser le Gros Wautour de Lenton...), je suis persuadé que vous pouvez ressortir vos vielles figurines et utiliser Rogue Stars pour avoir des règles plus modernes !
Ce parti pris est toujours renforcé par la gamme de figurines officielle mentionnée plus haut : si quelques unes sont reliées à des personnages précis décris dans le livret, aucune n'est vraiment nommée, et vous pouvez les utiliser selon votre préférence. Et vous pouvez les mélanger à celles d'autres gammes, voire ne pas les utiliser du tout...
Vous créez vous-même votre bande/escouade en choisissant une orientation (Chasseurs de primes, Adorateurs, Cyborgs, Mercenaires, Marchants, Milice, Mineurs, Pirates, Psioniques, Police des étoiles), une capacité de groupe, les talents et équipements de chacun des membres de votre groupe, et on se lance. 

"Passe-moi l'hydro compresseur!"

Et alors, ce système? Les habitués du wargame avec figurines se sentiront en terrain familier, la mécanique étant très proche du célèbre Song of Blade and Heroes. Normal, me direz-vous, puisque Rogue Stars est l'oeuvre d'Andrea Sfiligoi, l'auteur de SoBaH... L'auteur a choisi de reprendre en partie son système, mais en changeant certains aspects. Ici, on utilise des D20. Une fois les bandes crées, on tire une mission (il y en a vingt), un environnement (encore vingt) et une complication (toujours vingt... Soit au total une permutation de huit mille possibilités... Impressionnant, non?) et on vous encourage à lier le tout en une histoire cohérente pour avoir une petite narration.



On tire l'initiative, on se déploie, et on entame les hostilités. Le joueur qui a l'initiative choisit une de ses figurines et choisit le nombre de dés à vingt faces qu'il souhaite lancer, entre un et trois. Chaque succès (sur un huit ou plus) lui permet de faire une action, chaque échec permet à son adversaire de lancer autant de D20 pour l'une de ses figurines. Chaque 10 ou plus lui permet d'accomplir une réaction avant l'action de la figurine active. On notera que chaque action ou réaction entraîne un pion de stress, chaque pion de stress causant un malus de -1 au jet d'action ou de réaction. Plus vous faites de choses, plus l'action ou la réaction devient difficile.


Le capitaine du Blue Mantis commence à en baver. Deux pions de stress (en jaune),
deux pions d'impact (en noir) et une blessure (en rouge). Les malus s'accumulent!

 Le joueur qui n'a pas l'initiative peut, au lieu de faire réagir une de ses figurines, tenter de prendre l'initiative sur un jet de 16 ou plus, le total des pions de stress de l'équipe active faisant descendre ce nombre de un. Si votre escouade a dix pions de stress au total, votre adversaire peut vous ravir l'initiative sur un 6... Quand on perd l'initiative (ou qu'on la cède volontairement), on retire tous les marqueurs de stress de son équipe et on passe la main... L'action est donc présente, le rythme assez nerveux et le suspens est là. Il va falloir choisir vos actions et l'ordre dans lequel vous allez les accomplir avec soin. En général, au début du tour, on fait un peu ce qu'on veut, puis on croise vite les doigts pour pouvoir continuer à agir. On ajoute un petit système de réussites et d'échecs critiques histoire de corser les choses.
Pour ce qui est des actions, elles sont assez variées : courir, marcher, ramper, escalader, pirater un ordinateur, fouiller une caisse, dégainer une arme, recharger un pistolet, mâcher un chewing-gum et rester debout en même temps (euh... non, ça, je suis le seul à avoir du mal à le faire...). On peut tout faire.

Une patrouille de Mercenaires (Corvus Belli + Thomas Edimo)


Oui, d'ailleurs, on peut tout faire. Pas de caractéristiques, dans le futur. Des compétences, ça oui -- ici, on  les appelle des "talents" -- qui donnent un bonus de +1 à +3, à ajouter au résultat d'un dé à vingt faces, encore. Et on doit dépasser un seuil (10, avec des modificateurs de circonstance, que ce soit la distance, la visibilité, la qualité du matériel ou la stabilité du terrain, par exemple) pour réussir. C'est simple et précis. Un peu lourd quand les modificateurs positifs et/ou négatifs s'accumulent ("Ah! J'ai "tireur d'élite" à +2, il y a -3 à cause de la portée, +1 grâce à mon implant cyber et +2 grâce à la qualité de mon fusil laser... Donc, euh... +2... Et je fais 6 sur mon dé, ça fait 8... Meuh... Raté..."), mais simple. Les blessures et la pression entrent aussi en ligne de compte de la même façon.

"Contaaaaaact!!!!!!!!!!" 

Et quand on touche, on blesse. Pour l'endurance non plus, on n'utilise pas de caractéristique... Si un coup touche, la différence entre le résultat du dé et le score pour toucher détermine la localisation. La cible lance un D20, ajoute/soustrait les modificateurs de dommage, d'endurance, d'armure et consulte une table. Généralement, on reçoit un marqueur d'impact qui gêne les actions et les combats. On reçoit aussi des blessures d'un certain degré. Une dernière table permet de connaître les effets d'une blessure plus ou moins grave sur un membre donné... Une blessure grave à la tête, par exemple, entraîne une perte de connaissance et une mise hors de combat pour le reste de la partie. Une blessure légère à la main vous fait lâcher votre arme ou l'équipement que vous teniez. Une blessure superficielle au torse est relativement bénigne, sauf si l'adversaire perce votre combinaison et que vous êtes dans le vide stellaire... On fait ensuite un jet de moral pour vérifier que tout le monde reste pour finir la mission et ne décampe pas, ou ne se rende pas à l'ennemi. L'ensemble de cette gestion des blessures est plutôt bien faite et permet de donner un côté cinématique à vos parties. Et ça devient carrément crucial si vous décidez de jouer en campagne. 



"J'ai vu des choses que vous humains ne pourriez croire..."

Rogue Stars propose effectivement de lier chacune de vos parties entre elles avec un (petit : une page...) système de campagne. Suivant les conditions de victoire du scénario joué, vous allez gagner un certain nombre de points d'expérience à dépenser dans de nouveaux talents ou équipements qui seront plus ou moins disponibles. Les blessures et mises au tapis vont être aussi très importantes : un de vos personnages peut très bien perdre un bras, un pistolet, un morceau d'armure peut être endommagé et ne plus offrir de protection... Un de vos personnages peut même mourir (pas de panique non plus. Lorsque cela arrive, un nouveau membre prend sa place, en utilisant le même nombre de points de génération qui avait été utilisé à la base pour le premier personnage... Par contre, l'équipement et les talents accumulés  ont disparu...) des suites de ses blessures (ou capturé par la bande adverse si celle-ci fait partie des forces de l'ordre. On peut jouer la tentative de sauvetage à  la suite). Tout cela incite les joueurs à être peut-être un peu plus prudents que d'ordinaire dans la réalisation de la mission. "Hummm... Cet exo-squelette vaut-il que l'un de mes gars reste sur le carreau? BURT! Ramasse Douglas et on se tire... REPLI TOUT LE MONDE!" 

"Mais... C'est un tas de feraille!
-Ce coucou est le vaisseau le plus rapide de la galaxie, il a fait le raid de Kessel en moins de douze parsecs!"

Rogue Stars n'est certes pas un jeu révolutionnaire. Ses mécanismes sont pour la plupart déjà vus, pas toujours très subtils, voire un peu lourdingues... On est très loin, sur bien des plans, des grosses machines ludiques qui vont attirer des tonnes de joueurs sur des gros tournois. Mais le comparer à ces systèmes serait une grossière erreur. Ce n'est en effet pas le remplaçant de Warhammer 40.000, ni d'Infinity et n'a pas grand chose à voir avec le Star Wars Legion à venir. Rogue Stars est une boîte à outils comme les Anglais en utilisent beaucoup pour des époques différentes. On pense même beaucoup plus à un jeu de rôles qu'à un jeu compétitif
Le petit nombre de figurines nécessaire permet tout d'abord de limiter le boulot et le coût pour pouvoir jouer. Il en sera de même pour la relative petite surface de jeu. Et puis, qu'est-ce qui vous empêche de ressortir les vieux décors en carton de Necromunda (au passage, si je peux me permettre, je vous suggère les décors Klip N' Play... En plus, il y a du lourd qui arrive!!!! On en reparlera dans un article très bientôt!)?
L'absence d'univers décrit est loin d'être un frein, puisque justement, c'est l'occasion de jouer dans votre univers préféré (une bonne occasion d'utiliser ces quelques figurines qui vous ont fait craquer par leur look tellement cool, mais qui restent sur l'étagère parce que leur règles sont ridicules...), qu'il s'agisse d'un univers "célèbre" (Star Wars, Star Trek, The Expanse, Honnor Harrington, que sais-je...) ou d'un que vous créerez vous-même spécialement pour votre campagne.
La variété des missions et des environnements permet un renouvellement important de parties. Bon, forcément, vous allez un peu tourner en rond sur les missions. Mais l'environnement qui change presque à chaque fois ouvre de nombreuses possibilités quant aux narrations possibles...
Personnellement, étant de plus en plus réfractaire aux gros jeux "compétitifs" et ayant de plus en plus envie de retrouver des sensations "jeu de rôles" sur mes jeux de figurines, Rogue Stars est l'instrument parfait. On peut faire avec à peu près ce qu'on en veut.
Le système a quelque petits (tout petits) défauts, principalement dus à une publication rapide et un peu bâclée... C'est malheureusement une habitude chez Osprey. Les relectures sont faites au lance-pierre (ils sortent presque plus d'un jeu par mois) et le nombre fixe et limité de pages obligent les auteurs à faire des coupes et à laisser des petits morceaux de règles dans l'obscurité, et on se retrouve parfois un peu perdu (les conditions de victoire de certaines missions, par exemple, sont plus que floues. A ce niveau, c'est plus du brouillard, c'est une lande écossaise de nuit en plein hiver...). Mais le système, s'il n'est pas des plus subtils et des plus élégants, est tellement intuitif que le moindre figuriniste vétéran n'aura aucun problème à démêler les soucis... Oui, il faudra mettre un peu les mains dans le cambouis au niveau des règles de campagne qui sont presque insuffisantes (et comme toutes règles de campagne, risquent de créer un déséquilibre grave dans les rapports de force entre les participants). Au pire, l'auteur répond lui-même aux questions (en anglais) que vous pourriez vous poser sur le groupe Facebook Rogues Stars Fan Page (sur lequel on peut trouver plein de matériel gratuit supplémentaire : fiches de gangs, planches de marqueurs à imprimer, FAQ et errata,...). Il prépare d'ailleurs actuellement un supplément qui sera publié par sa propre boîte d'édition (Ganesha Miniatures).
Très déçu par Infinity, et ayant mis 40.000 mis de côté, il me manquait un système narratif  pour jouer dans des univers de science-fiction. Rogue Stars est parfait pour ça, et je me surprend souvent maintenant, à me dire : "Tiens, et si on essayait de se faire tel genre d'histoire?" Avec mes joueurs habituels, non seulement nous allons recommencer une campagne pour la rentrée, mais nous avons même bricolé de petites règles en utilisant celles de X-Wing pour simuler les phases "combat spatial" de notre campagne Rogue Stars...
Un bon jeu (à travailler, certes) qui m'a bien emballé et qui a désormais une place de choix dans ma figoludothèque..








P.S. : La VF?
Arrrgh, j'espérais que vous n'alliez pas posez la question...
En fait, l'ami Bruno Galice, boss de chez Via Ludibundia a acheté les droits pour une VF. VL proposait même une préco. Le tout devait sortir en janvier 2017. Mais l'aventure spatiale en VF s'est perdue dans le warp, et pour diverses raisons, la pauvre VF n'a pas concrètement vu le jour (ce qui a créé bien des polémiques sur plusieurs groupes dédiés à la figurine sur Facebook). Vu mon métier, je me passe bien volontiers de cette VF, et je joue depuis la sortie du jeu en anglais sans aucun problème. Même si je suis personnellement un peu remonté contre cette tendance de mes concitoyens à ne pas faire d'effort sur les jeux non traduits, je peux comprendre la frustration de certains. Malheureusement, pour l'instant, le jeu n'existe qu'en anglais... En espérant que les choses s'arrangent dans un futur que j'espère proche.

(Pour ce qui est de l'affaire Bruno/Rogue Stars, je ne rentrerai dans aucune polémique... Bruno est un ami. Mais il faut dire les choses comme elles sont, il a merdé sévère, sur le coup. S'il le souhaite, je veux même bien lui laisser une place dans la section commentaires pour s'expliquer lui-même. Si vous vous sentez lésé par ce qui est arrivé, je vous laisserai même vous exprimer, vous aussi, à condition que vous restiez correct, et que vous gardiez une quelconque accusation pour vous. Je ne supporte ni la lâcheté trop souvent induite par le relatif anonymat procuré par internet, ni par la volonté de certains de chasser en meute... Ne supportant pas les brutes de cours de récré, je supprimerai systématiquement tout commentaire partial, grossier, ordurier, calomniateur ou de parti pris à charge ou à décharge! Vous êtes prévenus!)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire